Salut Bonhomme !

Salut bonhomme,

Te voilà sur le chemin du retour après plusieurs mois de mer.

La Bretagne se rapproche. A l’aube, sur l’aileron tribord, tu regarderas cette côte effilochée apparaître timidement sur l’horizon. Derrière elle, un autre jour se lève bien différent des précédents.

C’est un moment inoubliable, inouïe, émouvant, chialant.

Tu sentiras cet air humide sur les joues au moment d’embouquer le goulet de Brest. Tu regarderas ce rivage si connu. Pourtant, tel un enfant, tu en seras émerveillé comme à chaque retour. Les larmes aux yeux, tu diras au veilleur de quart que c’est le vent qui mord un peu trop fort.

Au poste de manœuvre, quand tu annonceras que l’arrière franchit les passes, tu te diras que voilà, enfin, tu es rentré.

Profites de l’instant, il est si rare et si précieux de se sentir renaître dans ces moments-là.

Une des raisons d’être marin est de vivre ces instants de retour à la vie, aux tumultes et aux siens.

C’est comme cela que je vivais mes retours de mer. Tu en auras vécu bien plus que moi.

Au moment de rompre du poste de manœuvre, lorsque la pointe, la garde et le traversier seront passés, savoure cet instant d’accomplissement et de plénitude où le sourire du retour succède aux larmes du départ.

Qu’il est difficile de retranscrire ces instants.

Profite, respire, t’es rentré bonhomme !

PS : te souviens tu de ce message que je t’ai écris au retour de ta longue mission ? Vous rentrez à nouveau cet été et nous en sommes heureux.

 

Photo prise à l’aube, au mouillage en baie de Douarnenez en 2001.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s