Blog

Une relation épistolaire

- Et voilà la piqûre de rappel, m'annonça-t-elle.

En avril, durant le 1er confinement, les oiseaux se faisaient la part belle de nous voir en cage. Ils nous offraient tantôt un horizon des possibles, tantôt un printemps à les observer libres après un hiver dur et hasardeux. C’était la saison de l’amour volatile.

Souriez, nous disaient ils, souriez ! le petit oiseau va sortir.

Et puis, le petit finit par quitter le nid, ni vu ni connu. Quel drôle d’oiseau celui-ci!

C’est maintenant l’automne et nous voilà à nouveau confinés. Et je vois sur le fil, cette pie qui m’épie et qui piaille avec moi….

– Et voilà la piqûre de rappel ! m’annonça-t-elle.

Tout va de mal en pis. Mais comment résoudre ce problème lapidaire, cette quadrature du cercle ? lui dis-je.

Par le théorème de Pie, d’accord ?

Pie, que tu es vache. Par pitié, expliques moi, je ne pige pas.

Tout cela est un peu tirer par l’épi de cheveux, non?

Hé ! pie ? quoi encore ? Nous serions confinés jusqu’en janvier. Ce nouvel épisode finira-t-il ou aurions nous déjà perdu la partie ?

Et pie, fanny !

Oh et pie zut! Tu n’est pas très bavarde. Je ne vais pas épiloguer.

Une pie n’est ni pigeon ni pipelette ni piaf mais que de pies sont à la mode.

Quel pis-aller fais tu ! Épique que tu es.

La pie s’envola en jacassant qu’elle devait trouver pitance. Allez pie, taffe!

0 comments on “Une relation épistolaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :